Chronique du livre : Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent…

Plus de 4 plus de

AUTEUR : Eric-Emmanuel SCHMITT

EDITIONS : ALBIN MICHEL

Le résumé :

Ce livre, qui comporte également un CD avec les morceaux de musique dont l’auteur nous parle, est partagé en 2 parties : Une réflexion, un essai sur l’importance de l’œuvre de Beethoven dans nos vies et une comédie « Kiki van Beethoven », qui fut jouée au théâtre en 2010.

1ère partie (107 pages) :

L’auteur nous explique le lien qui l’unit au compositeur Ludwig Van Beethoven et l’influence que ses œuvres ont eue dans sa vie. C’est une histoire d’oublis et de retrouvailles, c’est l’explication de certains morceaux, que l’on peut d’ailleurs écouter en lisant le livre, car des annotations nous signalent de quelle partie il s’agit.

On découvre des bribes de l’histoire du compositeur, de l’auteur, mais également une réflexion sur notre vie actuelle, sur notre société et surtout sur l’importance de l’optimisme, de la joie et de l’amour de la vie…   et cela, malgré les mésaventures et drames auxquels chacun de nous devra inévitablement faire face ! Un grand enseignement, qui nous arrive, l’air de rien, comme une simple réflexion, comme si nous discutions autour d’une tasse de thé…

2ème partie (67 pages) :

Ensuite vient « Kiki van Beethoven » qui relate l’aventure d’une femme, la soixantaine rayonnante, qui va, grâce à la musique (de Beethoven bien entendu !), changer sa vie ainsi que celle de ses trois amies. Une fable sur la jeunesse perdue et les secrets ensevelis.

L’influence de la musique classique…

Ce n’est pas un roman, ce n’est pas une histoire avec une quelconque intrigue, et ce n’est même pas le récit de la vie de Beethoven… si vous vous attendez à cela, vous serez déçu.

Non, l’intérêt de ce livre n’est pas là. Il nous montre comment de la « simple » musique peut avoir une influence sur une personne, à différents moments de sa vie.

Il nous explique certaines œuvres, que nous comprenons mieux en écoutant, durant notre lecture, ces passages annotés avec un numéro et leur nom. C’est très bien organisé, et pas du tout rébarbatif ! Et, si cela peut permettre à certains lecteurs de se réconcilier avec la « musique classique », que certains rejettent d’office car trop « snob, incompréhensible, intellectuelle, voire vieillotte », ce sera déjà cela de pris…

J’aimais déjà Beethoven…

Et je l’apprécie encore plus  après avoir lu ce livre ! Surtout, je commence à comprendre pourquoi je préfère écouter Beethoven plutôt que Mozart ou Bach.

Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que Beethoven, et sa musique, sont optimistes, humanistes, gais, volontaires ! Ils ne baissent pas les bras, ils se battent, avancent coûte que coûte. Mais ils savent aussi se faire tendres, rieurs, profiter des bons moments que la vie nous offre, et ne pas tout voir en noir. Ils ont à cœur d’espérer un monde meilleur, de croire en l’homme ! Et je vous jure que cela se ressent lorsqu’on l’écoute !

Non, ce n’est pas de la naïveté, c’est ce que nous avons perdu depuis longtemps cette « foi en l’humain qui fonde les nobles entreprises, l’exaltation volontaire, l’optimisme héroïque. » comme dit l’auteur.

Et j’appréciais déjà Eric-Emmanuel Schmitt également…

Eh bien, je n’ai pas été déçue ! Car il a le don de créer des livres comme personne ne le fait. En effet, oser écrire un bouquin sur un compositeur aurait pu faire fuir les lecteurs… Et ce titre ! Rien que pour cela j’avais déjà envie de lire le livre !!

Mais il n’écrit pas sur un compositeur, il nous raconte comment ce musicien s’est insinué dans sa propre vie, de même qu’elle pourrait le faire dans la nôtre. Il est donc proche de nous, et ne nous inflige pas un cours réservé aux seuls mélomanes initiés (heureusement !).

En même temps, il distille tout de même, de temps à autre, des explications sur l’œuvre, la compare à celle de Mozart ou d’autres compositeurs connus, mais toujours dans un langage clair et vivant, ce qui est la force de cet auteur, je pense.

Enfin, il nous délivre un message très philosophique, profitant de Beethoven pour nous montrer que notre société s’est fortement éloignée des valeurs qui devraient être les siennes :

 « Humanisme, courage, culte de la hauteur, choix de la joie : voilà les quatre propositions de Beethoven. On appelle cela une morale. »

« Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent… » E-E Schmitt

Ce que j’apprécie vraiment chez cet auteur, c’est que ses livres sont toujours faciles à lire et vite lus.

Pour autant, ils nous apprennent des choses comme ici la musique, nous délivrent des messages positifs, sont inventifs, nous font sourire, réfléchir, aimer la vie.

Eric-Emmanuel Schmitt sait partager son érudition sans jamais avoir l’air de nous donner des leçons ou d’étaler ses connaissances, comme c’est malheureusement souvent le cas avec ce type d’écrivains…

Et pour votre info, j’ai rédigé cette chronique… en écoutant Beethoven bien sûr !!

Essayez, vous verrez, c’est une musique magique…

Articles similaires

About

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 16 =