Chronique du roman : DU MIEL POUR LES ABEILLES

Chronique du roman : DU MIEL POUR LES ABEILLES

7 juin 2019 0 Par Véro

Plus de 3 plus de

Temps de lectures: 3 minutes

AUTEUR : Cathy KELLY

EDITIONS : Pocket

Le résumé :

Nous entrons dans la vie de plusieurs femmes vivant dans une petite ville Irlandaise :

  • Il y a Frankie, directrice des ressources humaines dans une grande société.  C’est une femme active, volontaire mais son entrée en ménopause, le départ de  ses enfants à l’étranger et le licenciement de son mari, Seth, vont lui faire vivre des épreuves auxquelles elle ne s’attendait pas.
  • On rencontre également Lillie, qui arrive en Irlande à l’invitation de Seth, dont elle vient de découvrir qu’elle était la sœur, sa mère l’ayant abandonnée à sa naissance et envoyée en Australie pour adoption. Lillie a perdu son cher mari quelques mois plus tôt, et a difficile de vivre sans lui…
  • Peggy, elle, est une jeune femme qui s’est sauvée de la maison familiale à cause de la maltraitance psychologique de son père. Elle réalise enfin son rêve d’ouvrir une boutique de tricot dans cette charmante petite ville irlandaise, où les gens sont si accueillants ! Elle y fait la connaissance de David, et elle tombe amoureuse… Mais les blessures de son passé l’empêche de vivre pleinement son amour !
  • La mère de David, Opal, est une femme que tout le monde aimerait avoir pour épouse et maman, tant elle est gentille, simple et compréhensive ! Elle vit avec son mari, Ned, et une nièce de 15 ans, Freya, qu’ils ont recueillies car elle avait perdu son père dans un accident et avait une mère mentalement incapable de s’en occuper. Opal adore Freya qui le lui rend bien. C’est une jeune fille intelligente et très (trop) mature pour son âge, blessée par les épreuves qu’elle a endurées.
  • Opal a 3 fils et une fille,  Meredith, qui a quitté la maison car elle rêvait d’une vie plus « chic ». Ellle a ouvert une galerie d’art dans une grande ville en collaboration avec un couple de gens « de la haute ». Malheureusement, la naïveté de Meredith lui jouera des tours et elle reviendra sans le sous auprès de ses parents.

Tous ces personnages, et d’autres encore, vont interagir entre eux grâce à Lillie, qui va profiter de son aventure irlandaise pour aider les autres,  un don qu’elle a reçu à sa naissance… Mais cela lui permettra également de faire son deuil.

Un très long roman et énormément d’intervenants !

526 pages, c’est long… et quand vous y rajoutez tous ces personnages, il faudrait presque dresser une liste de « qui est qui » pour s’y retrouver !

Les prénoms prêtant à confusion pour nous francophones n’arrangent rien… (Frankie m’a notamment posé problème, car à chaque fois je pensais que c’était un homme !)  

Cependant, on est heureux de suivre la vie de ces familles et les rebondissements qui ne manquent pas d’arriver, même si la chute est depuis très longtemps prévisible et quelque peu rapide… dommage !

Un livre hyper réaliste… et une ambiance fort triste…

Ce bouquin m’a filé le bourdon, je l’avoue… Contente de le commencer et de découvrir la vie de ces femmes, je me suis retrouvée dans une ambiance lourde et triste. Cela fait un peu trop de malheur pour un seul livre ! Quasiment tous les personnages sont tristes et ont des problèmes…

En fait, l’auteur a tellement bien décrit les sentiments des personnages, l’ambiance dans laquelle elles vivaient, les problèmes avec lesquels elles se débattaient que vous avez l’impression, non de lire un roman, mais une histoire réelle, dont bon nombre de scènes font écho en vous !

Donc, si vous n’êtes pas trop en forme pour l’instant, choisissez un autre livre, je vous le conseille… sinon, c’est un peu comme lire une saga familiale, et c’est ce qui explique d’ailleurs la longueur de ce roman.

Articles similaires