CHRONIQUE DU ROMAN : LE GRAND MIRAGE

CHRONIQUE DU ROMAN : LE GRAND MIRAGE

27 septembre 2019 0 Par Véro

Plus de 3 plus de

Temps de lectures: 2 minutes

AUTEURE : Pauline GIOVANOLLA

EDITIONS : LIBRINOVA (ebook)

Le résumé :

La troupe du cirque « Le grand mirage » se déplace de ville en ville. Nous faisons connaissance avec ses différents membres : Emile, le doyen ; Marta, son épouse ; Elsa, la jeune trapéziste ; le Muet, l’homme à tout faire ; Lucien, le clown ; Viktor, le jongleur ; Martial, le dresseur ; et puis il y a Adrien, un adolescent qui aide à soigner les animaux du cirque et son grand-père, Salvatore.

Adrien ne sait pas d’où il vient, qui est sa mère et il aimerait connaître son histoire. Mais dans le cirque, personne ne veut lui en parler, c’est tabou, et cela lui pèse de plus en plus.

Rosy est amoureuse de Serge. Mais il est marié, et ne veut pas quitter sa femme, surtout depuis qu’un accident l’a rendue handicapée… La situation l’arrange bien comme cela : l’image d’un mari aimant, ayant une jeune femme folle amoureuse de lui comme maîtresse.

Rosy vit donc seule à Edmonvillier. Elle n’a qu’une amie, Sabine. Elle fait des ménages pour s’en sortir. Elle est persuadée que Serge quittera un jour son épouse pour se marier avec elle, donc elle l’attend, résignée…

Nous découvrons peu à peu l’histoire de Rosy et son lien avec la troupe du « Grand Mirage ».  Nous en apprenons plus sur les drames qui ont eu lieu dans le cirque.  Surtout que le passé va ressurgir de façon inattendue, et perturber bon nombre de ces personnages…

Histoire d’une famille…

C’est une histoire de famille qui nous prend dans ses filets sans qu’on s’en aperçoive… Au début, on se dit que cela va être monotone, pas très gai, qu’on a déjà tout compris.

Et bien non ! On se laisse vite emmener et l’on se demande comment vont réagir tous ces personnages. Le roman vous transporte dans son univers, dans les difficultés des uns et des autres.

On ne sait pas trop si on doit en vouloir à Rosy ou la plaindre… Si Serge est un salaud ou un pauvre type…

Un ebook…

J’ai toujours une appréhension quand je lis un ebook, car j’ai l’impression que la qualité sera moindre que pour un livre imprimé. Le manque d’habitude certainement !  Car cette fois, cela n’a pas du tout été le cas, au contraire, j’ai été très agréablement surprise !

Ce roman est très bien construit, on ne s’embête pas une minute, on y trouve de l’action et de belles descriptions, qui étoffent le livre.

Ma seule déception a eu lieu à la fin du livre (comme souvent malheureusement, à croire que c’est la partie la plus difficile à écrire !). J’avoue que je me suis même demandé s’il ne manquait pas quelques pages ! Car oui, après avoir lu 150 pages, on s’attend à une fin digne de ce nom… et là… rien, juste un paragraphe de 8 lignes qui clôture une action importante dans le roman. Cette dernière action qui demandait justement à être mieux « emballée », à recevoir une conclusion mieux construite, pour clore le récit (enfin, c’est mon avis, vous me donnerez le vôtre en commentaire j’espère !).

En conclusion

J’ai beaucoup aimé ce livre plaisant et d’une belle qualité qui mérite d’être lu, et c’est une auteure que je me réjouirais de retrouver pour un prochain bouquin,  ebook ou pas !

Articles similaires